2019-2020

Fondation Dosne-Thiers, 27, place Saint-Georges, 75009 Paris
De 13h45 à 17h30.

Actuel des névroses

Cette année le thème développé s’intitule « Actuel des névroses ». La névrose sert-elle encore de référence implicite pour proposer une cure-type ? Comment appelle-rait-on aujourd’hui les « névroses actuelles » de l’époque de Freud ? Il existe plusieurs façons de considérer les limites de l’analysable selon la place accordée à l’agir, au narcissisme, au psychosomatique, au caractère, au traumatique. L’écoute de l’analyste se déplace alors sur une trame théorique modulable, susceptible d’engendrer certains aménagements qui touchent au cadre de la cure, à sa technique, à sa méthode, voire à sa métapsychologie. À se laisser déranger par l’actuel, l’analyste garde-t-il encore un paradigme qui l’éclaire sans l’aveugler ? L’efficace de notre pratique vient se lover dans une maladie artificielle qui répète, dans l’actuel de la séance, les conflits infantiles. Mais comment s’exprime cette névrose de transfert hors de la situation divan-fauteuil ? Dans quelle mesure se laisse-t-elle appréhender dans le jeu avec l’enfant ou dans le psychodrame ? Comment manier les notions de refusement ou de régression face aux patients « en manque », aux souffrances en excès, aux situations dites « inanalysables » ? Dans les psychothérapies comme dans le travail psychanalytique en institution, il y a souvent nécessité de mélanger du cuivre à l’or. Les situations qui dérangent deviennent souvent des occasions inespérées de créativité au-delà du corpus bien tempéré. Toutefois, la crête est étroite entre une trouvaille qui permet le maintien de l’analyse, et une adaptation qui camoufle la plus forte des résistances face au scandaleux du sexuel infantile. Trois samedis seront l’occasion d’exposer ce qui, sur ce thème, met la pensée au travail et ouvre au débat.

2019            
samedi 12 octobre

Brigitte Kammerer
Paule Bobillon
Discussion : Serge Franco

2020            
samedi 18 janvier

Sylvie de Lattre
Marita Wasser
Discussion : François Hartmann

            
samedi 14 mars

Anne Homer Koffi
Bertrand Colin (SPP)
Discussion : Catherine Matha

samedi 16 mai

Serge Franco
Présentation des travaux de l’ARCC : La psychanalyse à l’épreuve du biblique


2019-2020
2019            
Samedi 12 octobre

Dialogue entre Évelyne Sechaud et Serge Frisch sur la situation de la psychanalyse à l’international.

Ce dialogue aura lieu le samedi 12 octobre de 10 heures 15 à 12 heures 30 à la Fondation Dosne-Thiers.


2019-2020

Fondation Dosne-Thiers, 27, place Saint-Georges, 75009 Paris.

2019            
Samedi 14 et dimanche 15 décembre

Die Entstellung / La déformation

Directeur de discussion : Michel Gribinski
Conférenciers : Udo Hock (DPV), Laurence Kahn, Josef Ludin

2020            
Samedi 13 et dimanche 14 juin

Le plaisir, et au-delà si affinités

1920-2020 : « Au-delà du principe de plaisir » a 100 ans cette année. Si l’Au-delà, comme l’inconscient, ignore le temps, chacun sait à quel point l’article éponyme a marqué un tournant décisif dans la théorie freudienne. Peut-on penser que son titre garde partie liée avec une certaine idée de la transcendance qui d’emblée conduit le lecteur du côté de la mort, de l’hypothèse de la pulsion de mort avancée dans le texte ? En effet même si jenseits évoque avant tout le franchissement d’une frontière, d’une limite, sa forme substantivée n’est pas sans rappeler une traversée vers un monde inaccessible aux vivants. Le passage du principe de plaisir/déplaisir vers son au-delà épistémologique nous plonge en fait dans un en-deçà plus primitif qui ne nous ménage ni étrangetés, ni paradoxes. Ainsi le dualisme pulsionnel s’en trouve bouleversé, la « formulation sur les deux principes » est remise en chantier, l’amu-sement d’un enfant avec un bout de ficelle peut devenir le paradigme de la répétition traumatique, la douleur peut s’avérer salvatrice, tandis qu’un retour au calme peut se plier aux exigences de Thanatos. Le Moi n’est plus le gentil cavalier qui ménage sa monture, mais peut dissimuler en son sein une puissance destructrice. L’énergie liante des pulsions de vie s’avère sans commune mesure avec la force de déliaison des pulsions de mort.
En conséquence, la traversée de « l’au-delà » ne ressemble en rien à une promenade de santé pour vieille dame centenaire ; son tangage nous oblige au contraire à remettre sur le métier, jusque dans notre clinique, les multiples conflictualités déployées. La déliaison engendrée par le processus analytique conduit-elle, aussi assurément que Freud l’affirme, à établir de nouvelles liaisons, dans un triomphe tranquille des forces d’Éros ? À suivre « l’au-delà », on pourrait en douter. Malgré tout, ne durerait-il qu’un moment, n’est-ce pas le plaisir que nous recherchons, de toute éternité ?

Directeur de discussion : Frédéric de Mont-Marin
Conférenciers : Brigitte Eoche-Duval, Bernard de La Gorce, Jean-François Solal (SPF)