Le dehors et le dedans

Printemps 1974

… c’est peut-être ça que je sens, qu’il y a un dehors et un dedans et moi au milieu, c’est peut-être ça que je suis, la chose qui divise le monde en deux, d’une part le dehors, de l’autre le dedans, ça peut être mince comme une lame, je ne suis ni d’un côté ni de l’autre, je suis au milieu, je suis la cloison, j’ai deux faces et pas d’épaisseur, c’est peut-être ça que je sens, je me sens qui vibre, je suis le tympan, d’un côté c’est le crâne, de l’autre le monde, je ne suis ni de l’un ni de l’autre…

Samuel Beckett, L’innommable

L’opposition entre le dehors et le dedans, entre la réalité interne et la réalité extérieure, le cœur et les lèvres, apparaît comme une évidence sensible fondée sur le modèle du corps et de ses limites. Cette évidence, les psychanalystes ne la prennent-ils pas trop facilement à leur compte alors même que leur expérience ne cesse d’en questionner la pertinence ?

 

Nouvelle Revue de Psychanalyse, n° 9, Gallimard
Parution : 13-05-1974


Sommaire

Argument
Jean Starobinski – « Je hais comme les portes d’Hadès… »
Michel de M’Uzan – S.j.e.m.
Sami-Ali – L’espace de l’inquiétante étrangeté
M. Masud R. Khan – L’espace du secret
Annie Anzieu – Emboîtements
Olivier Flournoy – Entre trois et deux
Nicole Berry – Entrer en analyse
Paul Schilder – Psychanalyse de l’espace
Pierre Geissmann – L’espace de la dépression
Harold Searles – Les sources de l’angoisse dans la schizophrénie paranoïde
Alix Strachey – Remarques sur l’emploi du mot « interne »
Monique Douriez-Pinol – Les fondements de la sémiotique spatiale chez l’enfant
Didier Anzieu – Le moi-peau
Jean-François Lyotard – Économie théâtrique
Jean-Michel Labadie – L’espace meurtri
Gillo Dorfles – « Innen » et « Aussen » en architecture et en psychanalyse
Françoise Choay – La ville et le domaine bâti comme corps
Bernard Lassus – De plus à moins