La lecture

Printemps 1988

Salut, la lecture ! Mais quelle lecture ?
Celle, savante et critique, opérée la plume à la main, qui dissèque et déchiffre, ne veut être attentive qu’au texte et dont le héros serait Champollion ou, croit-on à tort, Freud ?
Ou celle, absorbée, absorbante, qui réveille des désirs secrets, en fait naître d’inattendus, entraîne dans un autre temps et dont nos lectures d’enfants nous donne la nostalgie ?
Si lire c’était aussi, c’était d’abord, comme l’indique ici Yves Bonnefoy, « lever les yeux de son livre » ?
Si apprendre à lire, c’était apprendre à voir le monde toujours inconnu et comme analphabète, au-delà de la prolifératrion des signes ? Si la littérature était ce qui nous fait retrouver la panique de la vie ?

 

Nouvelle Revue de Psychanalyse, n° 37, Gallimard
Parution : 03-05-1988


Sommaire

Argument
Yves Bonnefoy – Lever les yeux de son livre
Michel Chaillou – Salut la lecture ! Entretien avec J.-B. Pontalis
Serge Boimare – Apprendre à lire à Héraclès
Gérard Macé – Champollion déchiffré ou L’ombre du lion
Jean-Louis Baudry – Un autre temps
Bruno Bayen – Parfois le roman
Jean Laplanche – Le mur et l’arcade
Jean-Claude Rolland – Quelle lecture de la parole ?
Paul-Laurent Assoun – Éléments d’une métapsychologie du « Lire »
Martine Poulain – Moi, Henri Beyle, dix ans, lecteur
Michel Gribinski – Lectures et censures de Madame Bovary
Marc Froment-Meurice – Tourner la page ?
Georges Pludermacher – L’ouïe de l’œil
Ivan Fónagy – Lecture musicale
Evelio Cabrejo Parra – Jeu d’indices
Michel Neyraut – Portraits souvenirs

Varia – X :
Martine Bacherich – Enfance
Edmundo Gómez Mango – El Burlador : un homme sans nom
Pierre Pachet – Le vœu méchant de l’œuvre
Cornélius Heim – Une œuvre « pleine d’idées »
Georges-Arthur Goldschmidt – Quand Freud entend l’allemand
Viviane Abel Prot – « Pour un oui ou pour un non »
Evelyne Lavenu – Passe-passe
Jean-Yves Tamet – N.d.T.