En deçà des mots

S. Freud, « Leçons d’introduction à la psychanalyse » (1917)

En anthropologie et en sciences sociales, il est implicitement admis que la naissance du langage coïncide avec le surgissement de la vie
psychique. Comment la psychanalyse aborde-t-elle cette question ? Comme toute science, elle use de la langue, mais elle n’use que d’elle, tant pour la connaissance des profondeurs de l’appareil psychique que pour la transformation durable de celui-ci en vertu de sa mission psychothérapeutique. Elle convoque de surcroît, dans ses exercices pratiques et théoriques, tous les régimes de la parole (narration, mémoire, passion, dispute) ou de l’écriture (récit clinique, spéculation). La psychanalyse dispose ainsi d’expériences de la langue qui lui permettent d’expliciter ce que l’homme fait quand il parle.
Dans ce numéro des Libres cahiers pour la psychanalyse, l’exploration de la langue traverse les études portant sur la religion, la clinique de la cure et même l’histoire de la psychanalyse où son statut a occupé une place polémique et féconde.

 

Revue Libres cahiers pour la psychanalyse, n° 27, In Press
Parution : Printemps 2013


Sommaire

Jean-Claude Rolland – Le double langage de la parole
Vincent Pélissier – Monde muet, avec Hofmansthal et Ponge
Annie Mavrakis – « L’Origine est une Troie qui brûle »
Jean-Yves Tamet – « La psychanalyse est avant tout un art de l’interprétation »
André Beetschen – Quels buts pour l’interprétation du rêve ?
Henri Normand – Dieu : un nom ?
Catherine Goffaux-H. – Slictueuse étrangeté
Laurent Danon-Boileau – Sens opposé des mots primitifs et jeu associatif
Hélène Hinze – La fausse maladresse
Jean-Philippe Dubois – Complaisance de la langue
Mireille Gansel – Une langue d’âme
Danielle Goldstein – Le maître des mots
Jean-Claude Arfouilloux – La psychanalyse aux prises avec les mots
Jean-Luc Donnet – Dire le transfert
Jean-Claude Rolland Et Laurence Apfelbaum – « On ne doit pas forcément chercher à comprendre ce trait tout de suite »