Correspondance de Sigmund Freud avec le pasteur Pfister

1909 – 1939

« Oskar Pfister (1873-1956), fils de pasteur, suisse, pasteur lui-même, découvre les travaux de Freud en 1908, soit peu de temps après les Trois essais sur la théorie sexuelle, et cette rencontre oriente tout le cours de son existence. Pendant près d’un demi-siècle, il va tenter de concilier en sa personne, et dans une production littéraire très variée, les exigences de la psychanalyse et celles de son ministère. […]
Si Freud taquine parfois le Seelsorger, celui qui prend soin des âmes, il respecte toujours son interlocuteur, assez pour tenir compte de ses avis, assez surtout pour le malmener. Aussi le voit-on, tout au long de cette correspondance, soucieux en chaque occasion de marquer, sous l’accord apparent, les différences. Pas un mot de son côté pour entretenir le malentendu – entre l’athée et le croyant, entre l’analyste et l’éducateur. Mais des réticences, des mises en garde, des points de doctrine vigoureusement réaffirmés quand leur oubli, de proche en proche, conduirait à émousser le tranchant de la découverte. Il arrive alors que ce soit le pasteur qui se fasse sermonner. »

J.-B. Pontalis.

Auteurs : Sigmund Freud, Oskar Pfister

Traduit de l’allemand par Lily Jumel.
Préface de Daniel Widlöcher.
Collection Connaissance de l’inconscient, Gallimard
Parution : 04-11-1966