Les analystes de l’APF à Bordeaux, à Nantes

samedi 27 novembre 2021

de 13h30 heures à 18h30
Station Ausone
8, rue de la Vieille Tour
33000 Bordeaux

La fabrique du symptôme

« On voyait dans ses yeux et sur son front les symptômes de la douleur et de la colère. »
Voltaire, Le monde comme il va.

Chercher à comprendre les causes premières d’apparition d’un symptôme et ce qu’il signifie, tant sur le plan somatique que sur le plan psychique, peut sembler énigmatique. Pour le médecin, le symptôme est l’indice d’une maladie sous-jacente.
Le psychanalyste considère que le symptôme fait partie intégrante de la réalité psychique du sujet, qui en assure à la fois la fabrique et sa potentielle transformation.
« Les symptômes pathologiques de toutes les névroses sont en fin de compte les produits finaux de conflits qui conduisent au « refoulement » et au « clivage de conscience ». En fonction du mécanisme psychique qui est utilisé, les symptômes sont : des formations de substitut en place de motions refoulées, des formations de compromis entre le refoulé et les forces refoulantes, des formations réactionnelles qui sont une assurance contre le retour du refoulé » écrit Freud en 1911.
Ainsi le symptôme se révèle complexe, polysémique, soumis au jeu de forces inconscientes, par un travail de déplacement, de condensation et de symbolisation semblable à celui du rêve.
À partir de la découverte par Freud des pulsions sexuelles et de la sexualité infantile, la recherche psychanalytique a enrichi tout au long du développement de sa clinique, la connaissance de la genèse des symptômes.
Dans la cure de parole, la constitution d’une névrose de transfert devient le lieu de transformation des symptômes sous les effets de la remémoration, la répétition et la perlaboration. De façon expérimentale et inconsciente, se fabrique alors un symptôme adressé transférentiellement à l’analyste.
Avec une conception radicalement différente des approches actuelles de la psychia- trie qui visent à le faire disparaître, la méthode psychanalytique propose de faire parler le symptôme. S’engage ainsi un processus de changement en profondeur, permettant au fil de remaniements successifs la résolution symptomatique et l’accès à une plus grande liberté de pensée et d’action.
Au-delà de l’individu, les psychanalystes n’ont-ils pas, aujourd’hui, à interroger la fabrique des symptômes du malaise contemporain, dans la clinique et dans la cité ?

En présence du Président
et du Secrétaire scientifique

Intervenants : Bernard Basteau, René Dinant, Jean-Claude Rolland
Introduction aux conférences : Éric Jaïs
Discutants : Brigitte Hue Pillette, Éric Jaïs

Renseignements et inscriptions :
24, place Dauphine, 75001 Paris
tél : 01 43 29 85 11,
courriel : lapf@wanadoo.fr