Les séparations imparfaites

La personne aimée qui s’en va ou que l’on quitte, un ami qui s’éloigne, le roman que l’on termine à regret : en écho aux séparations ordinaires de la vie, on envisage ici les séparations intérieures que la cure analytique exige du patient et du psychanalyste. Ils doivent se séparer de ce à quoi ils tiennent et qui les tient : le patient – qui est plus attaché à ses liens qu’à lui-même – pour ne pas couler, comme le capitaine Achab, avec ce qui le détruit ; le psychanalyste, qui dépend de ses systèmes familiers de pensée et doit rompre avec eux pour inventer du nouveau, des mots vivants, de la vie.
C’est ainsi, en se séparant d’eux-mêmes, que tous deux se rencontreront et que plus tard ils pourront se séparer l’un de l’autre, cette fois.

Dans ces pages, l’auteur, psychanalyste, essaie de voir ce qui se passe en lui dans le temps des séances, et par là même d’en rendre sensible l’étrangeté jamais apprivoisée. Les situations cliniques sont toujours présentes, et elles mettent en évidence une clinique de l’analyste que l’on n’a guère l’habitude d’évoquer et qui est infiniment plus complexe et riche que le classique « contre-transfert », si souvent réducteur.
Pas plus que celles du monde extérieur, les séparations intérieures ne sont parfaites. Heureusement, pense l’auteur qui les déteste.

Auteur : Michel Gribinski

Collection Connaissance de l’inconscient, Gallimard.
Parution : 31 mars 2002.
Traduit en espagnol : Las Separaciones Imperfectas