La portée du désir

ou la psychanalyse même

Avec cette approche visant la spécificité du désir il importait d’abord de le libérer d’une réduction qui n’y verrait qu’une force, une énergie, au seul repérage économique, ou qu’une pulsion biologique, de vie ou de mort, en marge des mécanismes mentaux et de sens. Car le désir est fondamentalement lié aux représentations, aux signifiants qui les constituent, à leurs articulations menant au sens dans la pensée et le langage.
On sait depuis Freud que le rêve représente le désir et son accomplissement, et selon la double potentialité de l’inconscient, d’oubli, de refoulement, ou au contraire de résurgences signifiantes. Si le désir mène certainement à la satisfaction des plaisirs, il vise, essentiellement, un dépassement, grâce aux effets de la négation, vers un inconnu, à condition que celui-ci soit identifiable, accepté, et puisse ainsi conduire à des questions, sources de toutes recherches et de découvertes, au-delà des illusions, des fantasmes, dans la réalité même. Le désir atteint toute sa portée d’inconnu quand se manifeste la finitude, celle du savoir, du pouvoir.
L’ « objet de perspective », cause et objet du désir, centre la liaison active à l’inconnu, où s’orientent les cinq champs des idéaux humains et leurs sublimations tant de la haine que de l’amour sexuel. Ainsi le désir anime les fantasmes originaires qui eux-mêmes organisent les axes des grands mythes servant à saisir et dominer l’inconnu, et surtout celui de la mort.
Il y a lieu cependant de cerner une idéalisation du désir lui-même lorsqu’une surenchère narcissique pousse aux excès de l’austérité et du masochisme, au retrait de la solitude, ou aux confins de la passion ou des délires, avec la mort comme enjeu dans les violences sociales ou le suicide.
Enfin les rapports entre le désir et la Loi impliquent un franchissement réciproque : la Loi surmonte le désir, mais en est le produit ; et le désir a le pouvoir de transgresser la Loi qui lui donne les moyens de se réaliser.

Auteur : Guy Rosolato

Collection Bibliothèque de psychanalyse, PUF.
Parution : 1er décembre 1996