L’imprévu

en séance

« L’image arrive souvent sous cette forme : l’analyse touchera à sa fin quand… Ce qui suit a tout d’un inventaire à la Perec : quand elle aimera danser, quand il saura nager sous l’eau, quand il présentera un concours de soliste, quand elle rencontrera un homme autre que “perdu sans collier”, quand il pourra penser à rien, quand elle découvrira que j’existe, quand il arrêtera d’avoir faim, quand elle cessera de confondre “faire une analyse” et “faire une scène”, quand il (ou elle) prendra une maîtresse, quand elle aura le temps… Au fil d’une même analyse, les images changent. Leur valeur prédictive, elle, vaut ce que vaut le bulletin météo. Pour Anaïs l’image était : quand nous pourrons parler tranquillement de la pluie et du beau temps. »

Auteur : Jacques André

Collection Connaissance de l’inconscient, série Tracés, Gallimard.
Parution : 22-01-2004