Les dépressions de la vie

La vie est une succession de dépressions. Mais concevoir qu’il existe, au cours d’une vie, des temps dépressifs qui favorisent le changement dans la vie psychique et l’accomplissement de la sexualité humaine donne accès à cette idée paradoxale : les dépressions ne sont pas des moments tristes, figés, mais des moments dont l’accomplissement est heureux. Car dès le début de la vie et tout au long de ses étapes, il y a une activité passive de la dépression où la rencontre de soi dans l’environnement se produit et modifie l’être. Elle construit la possibilité de vivre en n’étant pas réduit, tel Sisyphe, au désespoir de l’agir qui s’épuise en vain sans trouver le lieu d’une mémoire.
Les symptômes dépressifs seraient-ils, à leur tour, une manière de donner forme psychique à un effondrement traumatique afin que quelque chose vienne s’inscrire autrement que sur du sable ?

Auteur : Catherine Cyssau

Collection Petite bibliothèque de psychanalyse, PUF.
Parution : 3 mars 2004