Les contenants de pensée

Psychanalystes et philosophes explorent dans cet ouvrage les dimensions d’une approche psychanalytique du Moi-pensant et proposent une réflexion originale sur l’interprétation des processus de pensée dans le cadre de la cure analytique. Didier Anzieu amorce quelques distinctions fondamentales entre le Penser, la Pensée et les pensées ; il étudie les fonctions contenantes respectives de la peau, du Moi, de la pensée ; il précise les investissements, les attaques, la perte des contenants de pensée. Geneviève Haag saisit à travers les dessins d’enfants l’origine des contenants de pensée dans la représentation précoce du soleil-visage-sein qui irradie. Serge Tisseron distingue les schèmes d’enveloppe et les schèmes de transformation ; il étudie leur interférence avec les fantasmes et leur reprise dans le travail psychothérapique. Myriam Boubli considère la bouche comme un espace-contenant qui permet l’émergence du langage parlé. Guy Lavallée enrichit la notion d’enveloppe psychique d’une théorie de l’enveloppe visuelle, avec sa double boucle contenante et subjectivante. Enfin Jean Lassègue “ psychanalyse ” la découverte effectuée par Turing du concept de machine universelle : Turing forge l’idée d’une “ peau de la machine ”, sexuée et procréatrice. A la pointe de la recherche et de la pratique en psychanalyse et en épistémologie, ce collectif s’inscrit dans la ligne des ouvrages anglo-saxons suscités par les notions de contenants psychiques ( W. Bion ) ou de peau psychique ( E. Bick, F. Tustin ). Il poursuit et développe les travaux français menés par D. Anzieu sur le Moi corporel ( Le Moi-peau, Dunod, 1985 ; Les Enveloppes psychiques, Dunod, 1987 ).

Auteur : Didier Anzieu

Avec G.Haag, S.Tisseron, G.Lavallée, M. Boubli, J. Lassègue.
Collection Inconscient et culture, Dunod.
Parution : 30 septembre 1993