Jean Laplanche


Sigmund Freud Œuvres complètes

* Déjà paru     ** En préparation     *** 2ème édition révisée

  ** Tome I
1886 – 1893
Premiers textes
    * Tome II
1893 – 1895
Études sur l’hystérie et textes annexes
*** Tome III
1894 – 1899
Textes psychanalytiques divers
    * Tome IV
1899 – 1900
L’interprétation du rêve
  ** Tome V
1901
Du rêve – Psychopathologie de la vie quotidienne
*** Tome VI
1901 – 1905
Trois essais sur la théorie sexuelle – Fragments d’une analyse d’hystérie – Autres textes
  ** Tome VII
1905
Le trait d’esprit
    * Tome VIII
1906 – 1908
« Gradiva » – Autres textes
    * Tome IX
1909
La phobie d’un garçon de cinq ans – Un cas de névrose de contrainte
*** Tome X
1909 – 1910
Léonard de Vinci – Un cas de paranoïa – Cinq leçons – Autres textes
*** Tome XI
1911 – 1913
Totem et tabou – Autres textes
    * Tome XII
1913 – 1914
Le Moïse de Michel-Ange – Histoire du mouvement psychanalytique – Écrits techniques
*** Tome XIII
1914 – 1915
Une névrose infantile – Sur la guerre et la mort – Métapsychologie – Autres textes
    * Tome XIV
1915 – 1917
Leçons d’introduction à la psychanalyse
*** Tome XV
1916 – 1920
Au-delà du principe de plaisir – L’inquiétant – Un enfant est battu – Un cas d’homosexualité féminine – Autres textes
*** Tome XVI
1921 – 1923
Psychologie des masses – Le moi et le ça – Autres textes
    * Tome XVII
1923 – 1925
Autoprésentation – Inhibition, symptôme et angoisse – Autres textes
*** Tome XVIII
1926 – 1930
L’analyse profane – L’avenir d’une illusion – Le malaise dans la culture – Autres textes
*** Tome XIX
1931 – 1936
Nouvelle suite des leçons – Autres textes
    * Tome XX
1937 – 1939
L’homme Moïse – Abrégé de psychanalyse – Autres textes
       Tome XXI
Glossaire et index

Comité éditorial : Michel Prigent, François Robert, Pierre Cotet, Jean Laplanche, Pierre Angoulvent, Janine Altounian, Alain Rauzy, André Bourguignon.
Collection Les Œuvres complètes de Freud – Psychanalyse, PUF.
Travail de traduction et de publication en cours depuis 1984


Sexual

La sexualité élargie au sens freudien

Le présent volume comprend la plupart de mes écrits, au cours de la période 2000-2006. Comme les volumes précédents, La révolution copernicienne inachevée et Entre séduction et inspiration, l’homme, les articles ne sont pas classés par thèmes. Certains articles ont une visée novatrice en matière de théorie ( métapsychologie ), comme « Trois acceptations de l’inconscient » et aussi « Le genre, le sexe, le sexual ». Ce dernier mot m’amène à justifier mon titre : ce que je nomme sexual ( par différence avec sexuel ), c’est tout ce qui est du ressort de la théorie freudienne de la sexualité élargie et au premier plan de la sexualité infantile dite « perverse polymorphe ». Une fois qu’on a compris l’élargissement apporté par Freud à la notion, par rapport à la simple union des deux sexes ( au point que le sexual peut souvent être auto-érotique ), on reste sceptique devant l’allégation faite de tous côtés d’une « liberté sexuelle », moderne enfin conquise, éventuellement au-delà de Freud. Bref, « sexual » n’est pas tout à fait ce que l’on croit. C’est bien plus complexe, plus refoulé aussi, enfoui parfois dans des fantaisies à peines formulées.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 2007.


Sigmund Freud Lettres à Wilhelm Fließ – Traduction

1887 – 1904

Freud fait la connaissance de Fliess, médecin et rhinologue berlinois à l’automne 1887 ; il a 31 ans, Fliess 29 ans. De leur amitié naît une correspondance qui s’étendra sur près de dix-sept ans, et dont seules ont été conservées les lettres de Freud. Ces lettres, publiées ici dans leur intégralité, se lisent comme un journal intime, dans lequel Freud livre des notations, tendres, cyniques ou drôles, sur ses patients, ses enfants, ses voyages, et aussi sur ses humeurs, ses doutes et ses propres symptômes.
Mais Fliess n’est pas seulement le confident et le médecin, il est l’interlocuteur privilégié que Freud a choisi d’associer à sa recherche sur les névroses et la sexualité, le rêve et l’inconscient. Passage de la neurologie à la métapsychologie (dont témoigne le Projet d’une psychologie placé ici en fin de volume), la théorie de la séduction, auto-analyse, élaboration de L’interprétation du rêve et d’une nouvelle « théorie sexuelle » : cette correspondance est la chronique de l’invention de la psychanalyse.

Presses Universitaires de France.
Parution : 17 octobre 2006.
2ème édition : 29 novembre 2007


La pulsion pour quoi faire ?

L’Annuel de l’APF, Colloque du 12 mai 1984.

Auteurs : Didier Anzieu, Roger Dorey, Jean Laplanche, Daniel Widlöcher

Association psychanalytique de France, 2002.


Entre séduction et inspiration : l’homme

C’est ici que je tente de réintroduire le vieux terme d’inspiration, jadis mis en vigueur par les romantiques allemands.
Pourquoi avancer ce terme, comme alternatif, ou peut-être comme plus adéquat que cette forme de sublimation originaire dont parle Freud ?
C’est qu’en effet il ne s’agit pas d’un mécanisme à substituer à un autre. Un mécanisme se conjugue toujours en moi, ou en sujet. Or l’inspiration « se conjugue » en autre. Son sujet n’est pas « le » sujet, mais l’autre : tout comme pour la séduction, la persécution, la révélation. En résonance avec l’autre adulte originaire, cet autre, à des moments privilégiés, vient rouvrir la blessure de l’inattendu, de l’énigme…
Ce que je crois savoir, c’est qu’il est un type d’ouverture que l’analyse parfois maintient : celle qui est précisément sa marque d’origine, sa marque par l’origine. Et que cette ouverture peut être maintenue, transportée au-dehors vers d’autres champs d’altérité et d’inspiration. C’est ce qu’il faut bien nommer transfert de transfert.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1999.


Nouveaux fondements pour la psychanalyse

Avec un Index général des Problématiques

« Quelle nécessité de revenir aux fondements et quelle justification à les qualifier de “ nouveau ” ? La nécessité, pour moi, est claire : depuis 1969 à Paris VII cet enseignement se poursuit puis se recueille dans la série des Problématiques dont les sous-titres montrent bien de quoi il retourne. Il s’agit, à partir d’un thème d’apparence classique dans la psychanalyse freudienne, de mettre en question, de mettre en cause, de mettre en problème. Mettre en problème c’est ébranler, mettre à l’épreuve jusqu’aux fondements toute l’expérience analytique. »

Ce volume conclusif des Problématiques, de « critique incessante des concepts dits fondamentaux… qui fondent la psychanalyse », est l’occasion pour l’auteur de repréciser ses positions sur la pulsion, le narcissisme, le langage et bien d’autres thèmes, d’en montrer l’articulation, de revenir au geste fondateur de Freud quand il instaure la psychanalyse, un retour sur Freud qui implique un « travail sur l’œuvre et travail de l’œuvre, travail qui met l’œuvre à la question ».

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1er février 1994.
Réédition : 30 avril 2008


Problématiques VII : Le fourvoiement biologisant de la sexualité chez Freud

Suivi de Biologisme et biologie

Ce cours de l’année 1991-1992 traite de la genèse du sexuel infantile. Il remet à une place subordonnée la notion d’étayage et, par une argumentation serrée, montre que celle-ci est bouleversée par l’intervention première de l’autre adulte et de sa sexualité dans le psychisme naissant de l’enfant (théorie de la séduction généralisée). En ce sens, l’étayage pourrait lui-même constituer un ultime fourvoiement du freudisme. Une conférence prononcée à Buenos-Aires, sous le titre Biologisme et biologie, complète le volume et montre que dénoncer un fourvoiement biologisant de Freud n’est nullement dénoncer la biologie dans l’être humain. C’est au contraire lui restituer une place positive et non plus mythologique.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1993.
Réédition septembre 2006


La révolution copernicienne inachevée

« Ce volume rassemble mes principaux articles, parus dans diverses revues depuis 1967. Ils jalonnent une réflexion psychanalytique et constituent une sorte de contrepoint aux différents livres publiés pendant la même période. Dans leur succession on ne trouvera pas de rupture, mais on pourra reconnaître un mouvement que j’aime à figurer par une spirale : passer de façon cyclique à la verticale de certains points problématiques, chaque spire prenant un peu plus de distance par rapport à la précédente et dessinant plus nettement les options et les différences.

C’est au sein de l’expérience inaugurée par Freud, expérience indissolublement clinique et théorique, je dirai philosophique, que se situe ma pensée, non pas pour en polir les angles ou en perfectionner les détails mais pour la faire travailler et, au plein sens des mots, lui faire « rendre l’âme ». [Ces textes sont] une méditation sur la nécessité de sans cesse rouvrir la brèche originaire, jadis ouverte par l’étrangèreté de l’autre. »

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1992.
Réédition : 18 avril 2008


Problématiques VI : L’après-coup

Ce volume reprend l’enseignement de l’année 1990-1991. On a beaucoup glosé sur l’après-coup, notion freudienne, et ceci pour mettre l’accent sur la seule dimension rétroactive, celle de la soi-disant « resignification » Ainsi est laissée de côté la double orientation du processus, d’une part dans le sens de la « flèche du temps », d’autre part à l’opposé de celle-ci. Après une étude minutieuse de l’ensemble des textes freudiens concernant la question, il est proposé une interprétation qui, dans le sens de la théorie de la séduction généralisée, articule l’avant-coup du message de l’autre et l’après-coup de la traduction de ce message par le sujet.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1992.
Réédition septembre 2006


Traduire Freud

Traduire Freud : l’ouvrage d’André Bourguignon, Pierre Cotet, Jean Laplanche et François Robert signifie d’abord que l’édition des Œuvres complètes en langue française est autant un projet scientifique qu’un projet éditorial. Les principes généraux de la traduction, la terminologie et la conceptualisation ont une place légitime dans le mouvement propre du texte. L’ambition n’est pas de proposer un nouveau vocabulaire de la psychanalyse, mais d’offrir une propédeutique de lecture freudienne.

C’est pourquoi l’ouvrage s’organise autour de trois moments : la traduction, la terminologie raisonnée, le glossaire – les règles, les concepts, les mots. Cette construction logique et analogique met en valeur le choix d’une compréhension intelligible qui serait aussi une appréhension sensible. Ni pour Freud, ni contre Freud, mais avec Freud, ce livre en forme de manifeste ne relève pas d’une apologie systématique : il est une invitation au plaisir d’une œuvre redécouverte.

Avec André Bourguignon, Pierre Cotet, François Robert.
Presses Universitaires de France, 1989


Problématiques V : Le baquet transcendance du transfert

L’idéalisme linguistique, promu sous le nom d’ « analyse du signifiant », tourne à sa confusion s’il veut se maintenir plus de quelques secondes sans reprendre force au sol des significations. Il n’y a pas d’analyse pure du signifiant. L’exemple du lapsus, sur lequel je terminerai, suffit à disqualifier cet idéalisme. Un sujet rapporte en analyse un lapsus qu’il a fait la veille : il a prononcé « matérialisme hystérique » pour « matérialisme historique ». Il nous rapporte ce lapsus : il est évident que son récit est logiquement et linguistiquement impeccable, qu’il n’y a pas, dans son discours actuel, trace de faille ou de trébuchement. Et ce que nous analysons, en analysant le récit d’un lapsus, c’est le lapsus lui-même et non pas le récit. Le récit d’un lapsus n’est pas un lapsus, et pourtant l’analyse du lapsus raconté, comme d’ailleurs l’analyse des actes manqués rapportés dans l’analyse – et qui, comme récits, ne sont pas des actes manqués – fait indéniablement partie de l’analyse.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1987.
Réédition septembre 1998


Fantasme originaire, fantasmes des origines, origines du fantasme

Quel est le statut du fantasme ? Qu’est-ce qui assure son lien électif avec la sexualité ? Quelle fonction joue donc le concept d’origine ?
Telles sont quelques-unes des questions que les auteurs du Vocabulaire de la Psychanalyse déploient ici à travers une lecture originale de Freud qu’ils complètent par les récents développements de la psychanalyse sur ces sujets.

Auteurs : Jean Laplanche, J.-B. Pontalis

Collection Pluriel, Hachette, 1985.
Rééditions : 1998, 2010


Problématiques IV : L’inconscient et le ça

Il convient de revenir complètement à la première intuition de Freud, selon laquelle l’inconscient n’est pas primaire, mais le résultat du refoulement ou des refoulements. Le terme d’« originaire » ne doit pas faire illusion, de même que le terme de primaire dans « le processus primaire ».
Comme si le primaire était le mode de fonctionnement d’un organisme encore inadapté et qui aurait, secondairement, à apprendre à vivre.
Le processus primaire donc, il n’est pas question de le situer avant, ni de montrer comment se construirait à partir de lui un processus rationnel, secondaire, adapté ; ce qu’il faut expliquer, au contraire, c’est comment il se constitue par réduction, à partir de phénomènes plus réglés, plus structurés.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1981.
Réédition septembre 1998


Problématiques III : La sublimation

Ce volume rassemble les cours des années 1975-1977 consacrés à la sublimation. « La sublimation nous est proposée comme le modèle ( un modèle peu développé d’ailleurs ) d’un destin non-défensif de la pulsion, un destin en tout cas sans refoulement. Or la plupart des exemples qui sont proposés impliquent malgré tout le refoulement du sexuel. Si l’on considère que le refoulement est un mécanisme qu’on peut schématiser comme une métaphorisation, au sens que passe dans les dessous de la métaphore, dans ce qui n’est pas à la disposition de la conscience, le contenu sexuel, eh bien il apparaît effectivement que la plupart des modèles de sublimation sont des modèles liés à un refoulement. »

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1980.
Réédition avril 2008


Problématiques II : Castration et symbolisations

Nous avons vu l’intérêt majeur de ces symbolisations des rituels d’initiation. Par plus d’un aspect, elles inaugurent quelque chose d’original par rapport au complexe de castration. Elles introduisent un symbolisme beaucoup plus ambigu, ambivalent voir bisexuel, que ce que Freud n’avait voulu d’abord y voir. À la différence de la logique et du symbolisme castratif qui ne reconnaît qu’une opposition : un symbole et son absence, ces rituels semblent reconnaître et inscrire deux symboles : un symbole masculin évidemment mais aussi un symbole féminin positif. Ces symbolisations ne peuvent être réduites à la seule soustraction : elles sont également création d’une ouverture, elles introduisent une logique qui est davantage celle de la marque que celle de la différence.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1980.
Réédition septembre 2009


Problématiques I : L’angoisse

La série des sept volumes des Problématiques regroupe l’enseignement prononcé par Jean Laplanche dans le cadre de l’UER des sciences humaines cliniques à l’Université Paris VII. Elle aboutit tout naturellement au volume conclusif : Nouveaux fondements pour la psychanalyse (PUF, 1987).

Ce volume rassemble les enseignements des trois années (1970-1973) consacrés à l’angoisse. Les thèmes abordés sont successivement : l’angoisse dans la névrose – l’angoisse dans la topique – l’angoisse morale. Dès la discussion primordiale sur le terme allemand Angst, qui veut dire à la fois angoisse et peur, se dessine une délimitation qui relègue comme défense secondaire la référence à la peur, y compris la peur de castration, pour privilégier la théorie libidinale. Chez Freud l’angoisse est fondamentalement un succédané de l’attaque interne du sexuel.

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1980.
Réédition mai 2006


Vie et mort en psychanalyse

suivi de Dérivation des entités psychanalytiques et autres articles inédits

« Réfractées ou représentées selon des modalités sans doute différentes, ni la vie ni la mort ne sont références directes pour la pratique psychanalytique. Cette constatation vaudra, pour nous, mise en garde : interroger sans précaution l’acte psychanalytique au regard d’une conception de l’existence qui, pessimiste ou optimiste, rapporte la vie humaine à sa finitude, ce serait au départ refuser de tenir compte de la remise en question qu’exige la découverte de l’inconscient et des motions qui s’y déploient. »

Les développements ici présentés sont, précise l’auteur, des étapes dans une réflexion sur la pensée freudienne et dans une tentative pour dégager une problématique de l’objet de la psychanalyse. Ils sont organisés autour de trois thèmes, la sexualité, le moi et la pulsion de mort.

Collection Champs, Flammarion.
Parution : 1977.
Réédition Collection Quadrige, PUF, 2013


Vocabulaire de la psychanalyse

On ironise sur le langage, le “ jargon ”, des psychanalystes mais on y recourt aussi et de plus en plus largement. En revanche, on se soucie rarement de le définir et par là de délimiter le champ théorique aussi bien que l’expérience spécifique qu’il désigne.

C’est d’abord à cette exigence de clarification qu’entend répondre le Vocabulaire de la Psychanalyse ; il fallait ressaisir les concepts freudiens dans leur originalité, retrouver leurs arêtes vives, ceci de façon rigoureuse et systématique. Est ici analysé l’ensemble de l’appareil conceptuel de la psychanalyse : non pas tout ce qu’elle tente d’expliquer, mais tout ce qui lui sert à expliquer.

Ce livre se différencie donc d’une encyclopédie : il est aussi autre chose et plus qu’un vocabulaire, si l’on entendait par là un manuel alphabétique. Car l’interrogation sur les mots, la mise en place des concepts, l’étude de leur évolution conduisent nécessairement à dégager cette problématique freudienne, plus souvent invoquée que mise au jour, qui marque toute la culture contemporaine.

Instrument de travail que le développement de la psychanalyse et la diffusion de sa terminologie dans la langue commune rendaient indispensable, le Vocabulaire de la Psychanalyse constitue aussi un apport original à la pensée psychanalytique.

Auteurs : Jean Laplanche, J.-B. Pontalis

Collection Quadrige, PUF.
Parution : 1967, 3ème édition 2002
Note générale : Index des termes français et index allemand des concepts analysés.


Hölderlin et la question du père

Collection Bibliothèque de psychanalyse et de psychologie clinique, PUF.
Parution : 1961
Réédition Collection Quadrige, 1983


Autres publications de Jean Laplanche