Isée Bernateau


Le corps de psyché

Nul ne s’émancipe de vingt-cinq siècles d’une conviction dualiste qui, depuis Platon, oppose radicalement l’âme et le corps, et formate à notre insu nos catégories de langue et de pensée. Tout de l’expérience psychanalytique pourtant, celle de ce « corps étranger interne » qu’est l’inconscient, contribue à brouiller des distinctions trop claires. Il n’est de processus « psychique » qui, à l’image de l’angoisse ou du plaisir, ne dispose de son trajet somatique. Mais Psyché ne se contente pas de passer par le corps, elle en détourne les fonctions, à l’image de la faim de la boulimique, de la constipation chronique de l’obsessionnel ou de l’hypertension du patient « psychosomatique ».
La psychanalyse navigue entre deux écueils, celui d’une différence de nature entre corps et psyché à l’image du dualisme cartésien, ou inversement, celui d’une identité à la Groddeck, qui en vient à supprimer l’hétérogénéité du corps, du soma biologique. Le premier écueil ignore à quel point Psyché est corporelle, le second réduit toute pathologie somatique (cancer compris) à un phénomène psychique. Où s’arrête le corps de Psyché, où commence le soma du biologiste ?
« Psyché est corporelle, n’en sait rien ».

Auteurs : Jacques André, André Beetschen, Isée Bernateau, Catherine Chabert

Avec Françoise Coblence, Alexandrine Schniewind, Gérard Szwec.
Collection Petite bibliothèque de psychanalyse, PUF.
Parution : 17 avril 2013


L’adolescent et la séparation

Il est seul, allongé sur son lit. Depuis quelques mois, le ciel se renverse, la terre s’effondre, le sol vacille, la solitude règne. Il a fermé la porte de sa chambre : plus personne n’a le droit d’entrer. Surtout pas ses parents qui ne comprennent rien. Les autres sont partout et nulle part. Leur absence est la plus ravageante des présences, mais elle ne comble pas le vide qui règne sans partage.
Elles sont deux, sur un banc. Allongées plutôt qu’assises, leurs jambes s’entrelacent et se tordent comme les troncs noueux et tressés des bonzaïs. De leurs cheveux emmêlés surgissent des bras, leurs flancs sont accolés, leurs visages se touchent. Entre elles deux, c’est « à la vie, à la mort », elles sont unies pour toujours.
Qu’elle soit le temps des exilés ou celui des inséparables, l’adolescence est le temps où la séparation s’apprend. Pour l’adolescent, qui se sépare autant des autres que de lui-même, la séparation est aussi nécessaire qu’insupportable. Bien qu’elle seule puisse ouvrir l’horizon de l’avenir, elle exhale un parfum de mort, elle menace de fermer à tout jamais les portes du passé.

Collection Petite bibliothèque de psychanalyse, PUF.
Parution : 2010


Autres publications d’Isée Bernateau